…Pendant le siège de Paris en 1870, les habitants furent réduits à manger les animaux du zoo du Jardin des Plantes?

2 septembre 1870: la Prusse reçoit la capitulation de la France. En quelques semaines à peine, les troupes prussiennes s’emparent du nord de la France. Trois jours plus tard, le peuple et la Garde Nationale réclament la déchéance de Napoléon III, fait prisonnier, qui a manifestement un petit peu chié dans la défense du pays. L’impératrice Eugénie préfère opportunément prendre la fuite – et Jules Favre, vite suivi par les députés républicains, instaure un gouvernement de Défense nationale. Le général Jules Trochu, jusque là gouverneur de Paris, en prend la tête.

sedan

Enfin je sais pas pour vous mais moi toutes ces couleurs je trouve que ça rend cette reddition à Sedan ultra-festive. Détail – mais sans les cadavres devant ça fait vachement scène de fin de Cendrillon.

C’est bien mignon tout ça, mais les prussiens sont toujours aux portes de Paris – et ça, c’est pas cool. Pas le temps de s’installer pépère au pouvoir, les premières proclamations officielles sont consacrées à la défense nationale. Le plan est de résister jusqu’au bout, et cette défense va se faire par la voie du siège. Si la protection de la province est assurée depuis Tours, le plus gros de l’action se concentre sur Paris: dans un geste très symbolique, Trochu fait rentrer dans la capitale l’armée de 40 000 hommes sous la commande de Vinoy. Cela dit, même avec 40 000 hommes de plus, Paris est toujours mal barrée – la ville dispose au total de 220 000 hommes. Le 15 septembre, officiellement mandaté, Adolphe Tiers entreprend de parcourir les capitales européennes pour que les voisins envisagent de filer un coup de main – en vain. Parce que, mine de rien, les Allemands affichent au début du siège 150 000 hommes avec un avantage tactique et psychologique – et avec la libération des troupes occupées à d’autres sièges, le chiffre monte lentement jusqu’à 400 000. Autant dire que ça craint.

Continuer la lecture

…Les cigarettes ont longtemps été vendues comme bonnes pour la santé ?

treat_01

Aah, qu’il est loin le souvenir des publicités de cigarettes. Depuis la loi Evin (1991), nous avons perdu, en France, le bonheur de voir les équipes de marketing s’échiner à faire l’impossible: vendre des clopes en passant sous silence toutes les raisons pour lesquelles il ne faudrait *pas* vendre de clopes. Mais pourquoi la loi Evin, d’abord? Parce que encourager les gens à fumer, c’est-mal, et que la clope c’est pas tip-top pour la santé: en 2008, l’organisation mondiale de la santé a désigné le tabac comme une épidémie, indiquant qu’il « tue de si nombreuses façons qu’il figure parmi les facteurs de risque de six des huit premières causes de mortalité dans le monde ».

Mais le fait est que avant 1950 et la première étude épidémiologique menée sur le sujet par Evarts Ambrose Graham et Ernst Wynder, bah… on en avait pas vraiment conscience. On pensait même plutôt le contraire. Peut-être vous souvenez-vous du Discours d’un roi, où George VI, interprété par Colin Firth, commençait à fumer parce que son médecin lui avait affirmé que cela « calmerait ses nerfs et détendrait ses poumons »? L’intrigue se déroule principalement en 1939, et reflète une réalité devenue surprenante. Depuis la fin du XIXe siècle, c’était un florilège de fausses idées qui circulaient sur la cigarette, et tout un paquet de publicités improbables qui allaient avec. Conséquences d’une croyance sincère dans les vertus thérapeutiques de la cigarette, puis d’une bonne vieille mauvaise foi.

Continuer la lecture

…Les Misérables de Victor Hugo a été incendié par la critique à sa sortie?

manuscrit-les-miserables

Les Misérables, c’est un monument. C’est le bouquin que je garde constamment en pleine vue dans mon appartement histoire de frimer et passer pour une meuf supra-cultivée. C’est, aux yeux du reste du monde, l’équivalent en trois volumes de littérature de la Tour Eiffel, du super-combo baguette-bicyclette-béret-marinière, de la Joconde et des rumeurs d’hygiène corporelle douteuse. Les Misérables, c’est un (pas si) petit bout de France – mais aussi un roman qui condense histoire tout court, dénonciations sociales, histoire politique, mais aussi de la philosophie, tous les idéaux du mouvement Romantique, des personnages si emblématiques qu’ils en sont devenus des noms communs, et une mare de sang à en faire pâlir George R. R. Martin. Sérieux. Tout le monde crève là-dedans, mon petit coeur a toujours du mal à tenir le coup. C’est aussi, l’air de rien, un tour de force. Cinq tomes, au moins 34 adaptations au cinéma, un musical ultra-badass, tout ça avec pour seul postulat de base qu’un type a volé du pain.

En France on déconne pas avec le pain, ok.

Continuer la lecture

…L’un des médicaments pour enfants les plus vendus du XIXe siècle était principalement composé de morphine et d’alcool?

996001754p1

De 1845 à 1930, Mrs Winslow’s Soothing Syrup a été une institution. Que dis-je ! Ce sirop a été la solution miracle pour toutes les mères au désespoir et en manque de sommeil. Le produit, manufacturé par les pharmaciens Jeremiah Curtis et Benjamin A. Perkins (originaires de Bangor, Maine), avait tout du Saint Graal pharmaceutique : soulagement des douleurs dentaires chez l’enfant, des diahrées, aide pour les nuits difficiles, la liste de ses merveilleux effets allait encore et encore, interminable. Toutes les conditions étaient réunies pour en faire un succès de ventes. L’efficacité radicale et la promesse d’un petit peu de calme dans ce monde de brutes, ça n’a pas de prix. Continuer la lecture

…Deux spécialistes des dinosaures se sont livrés à une véritable « Bone War » à la fin du XIXe siècle?

1870. La guerre de Sécession s’achève à peine aux Etats-Unis. C’est l’heure de la Conquête de l’Ouest, la fin des luttes intestines, un nouveau pays se fonde enfin dans l’unité… et deux paléontologues s’apprêtent à rouvrir les hostilités. A coup d’os de dinosaures.

Même que j’aurais pu dire « os-tilités » mais c’était vraiment une vanne toute pourrie.

Continuer la lecture