…Caligula aurait lancé une campagne militaire pour jouer à la guerre et ramasser des coquillages?

Vous savez probablement que l’empereur Caligula avait un grain. Si ce n’est pas le cas, je plains vos professeurs d’Histoire – ou alors, vous étiez, au collège et au lycée, comme moi: c’est à dire le genre à ronfler joyeusement à sa place préférée à côté de la fenêtre. C’est pas un drame, ça se rattrape. Allez en paix. Vous êtes pardonnés.

Continuer la lecture

…A la fin du Moyen-Âge, des maisons closes étaient ouvertes dans des perspectives religieuses?

entremetteuse

 Un bordel, c’est pas exactement l’endroit où l’on s’attend à penser religion. A vrai dire, c’est probablement l’endroit au monde où l’on s’attend le *moins* à penser religion – ou alors pour laisser échapper une série de blasphème au moment critique. Ou quelque chose du genre. Et pourtant ! En France comme en Italie, aux XVe et XVIe siècles, quelques esprits éclairés dans quelques gouvernements municipaux ont eu une idée brillante – et pourquoi pas ouvrir des maisons de passe pour sauver les âmes de nos administrés ?!

(Nous prendrons une minute pour imaginer une telle proposition, aujourd’hui.)

(C’est bon ?)

(C’est bon.)

Les explications, maintenant.

Continuer la lecture

…Le surnom de « Douanier » de Henri Rousseau a été utilisé pour le tourner en ridicule?

Dans deux jours s’ouvrira au Musée d’Orsay l’exposition Le Douanier Rousseau. L’innocence archaïque. – elle s’achèvera au 17 juillet et j’y irai probablement parce que la gratuité pour les moins de 25 ans ressortissants de l’Union Européenne, c’est cool, quand même.

C’est, mine de rien, une chouette occasion pour commencer à parler d’art ici – et pour avouer que, grosso modo jusqu’à mes vingt ans, je pensais que « Douanier » était le véritable prénom de Henri Rousseau, que ses parents étaient des gens pas sympas et que ce pauvre petit avait probablement morflé dans la cour de récréation.

(vous avez le droit de vous moquer de moi)

Continuer la lecture

…Le parricide était tout à fait compréhensible durant l’Empire romain?

Malgré quatre (ou cinq…?) ans de latin, il ne me reste plus grand chose de la très noble langue morte. Honnêtement, si la première déclinaison m’est restée dans la caboche c’est surtout grâce à Jacques Brel – et pour le reste, je m’amuse parfois à enchaîner des phrases toutes faites pour prétendre que j’ai une mémoire capable d’un fonctionnement normal. Alea jacta est, cogito ergo sum, si vis pace para bellum, panem et circenses (que je traduirai toute ma vie « du pain et des cerceaux » – rienàfoutre), et aussi, surtout, tu quoque mi fili.

(que j’ai écrit correctement du premier coup… Yay !!!)

Le fait est, les rapports familiaux sous l’Empire romain pouvaient se révéler parfois quelque peu tordus et tendus – de quoi nous faire penser que, finalement, les tractations politiques de Brutus-fils-adoptif-de-César (ndlr: en fait il ne l’était point, et il y a un chouette article à consulter sur le sujet dans les commentaires!) et son coup de couteau bien placé ne sont pas *si* étonnantes que cela. Il faut remettre les choses dans leurs contextes. Le meurtre d’un parent proche était, certes, l’un des pires crimes concevables à l’époque (Cicéron nous indique avec moult détails dans le De Inventione que le condamné était fouetté, puis que sa tête était enroulée dans un sac en cuir, puis qu’on le cousait tout entier dans un sac, et hop, dans le Tibre, ou dans la Mer – quelques années plus tard, sous Auguste, Sénèque dans le De Clementia et le Corpus Iuris Civilis nous indiquent cordialement qu’un coq ET un chien affamés ET une vipère ET un singe étaient enfermés dans le sac aussi, tant qu’à faire) – mais la loi donnait de larges raisons pour l’enfant de souhaiter que paternel fasse une grosse chute dans les escaliers.

Continuer la lecture

…Le film le plus rentable de tous les temps est un film pornographique?

 

Il s’en passe, des choses étranges, quand on traîne trop longtemps sur Netflix. Moi, quand je me perds dans les tréfonds de Netflix, je regarde des documentaires sur la pornographie.

(même que c’est intéressant) (vraiment) (ne me jugez pas) (s’il vous plaît)

Jusqu’à cette soirée d’errance, j’étais intimement persuadée que le film le plus rentable de tous les temps était l’une des entrées des listes officielles de plus gros succès mondiaux en salle. Genre… Autant en Emporte le Vent. Ou Avatar. Ou Titanic. Des films dont on parle constamment et qui se retrouvent portés au rang de légende en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « Star Wars », qui pullulent de produits dérivés et arrachent des regards stupéfaits à vos amis quand, comme pour tester la solidité de votre relation, vous avouez enfin que non, vous ne l’avez pas vu. Mais non. Le film le plus rentable de tous les temps l’est presque en secret. Et pourtant, il aurait de quoi frimer. Budget: 25 000 dollars. Revenu (théorique, et sujet à caution): 600 millions.

600. Millions. Pour 25 000 dollars.

Continuer la lecture

…Deux spécialistes des dinosaures se sont livrés à une véritable « Bone War » à la fin du XIXe siècle?

1870. La guerre de Sécession s’achève à peine aux Etats-Unis. C’est l’heure de la Conquête de l’Ouest, la fin des luttes intestines, un nouveau pays se fonde enfin dans l’unité… et deux paléontologues s’apprêtent à rouvrir les hostilités. A coup d’os de dinosaures.

Même que j’aurais pu dire « os-tilités » mais c’était vraiment une vanne toute pourrie.

Continuer la lecture

…Arnold Schwarzenegger doit en partie sa carrière à Shakespeare?

Schwarzenegger-as-Hamlet

Arnold Schwarzenegger. William Shakespeare.

Arnold Schwarzenegger. William Shakespeare.

Arnold Schwarzenegger. William Shakespeare.

Voilà – simplement pour bien mettre en place le bon gros paradoxe.

Parce que, à première vue, absolument rien ne semble unir ces deux hommes. Ni l’époque, ni le pays, ni le physique, ni même le genre d’art visuel dans lequel ils se sont épanouis… Shakespeare n’a jamais entendu parler de Arnold Schwarzenegger et certaines mauvaises langues dans l’assemblée ne pourront s’empêcher de dire qu’Arnold Schwarzenegger n’a peut-être bien jamais entendu parler de William Shakespeare non plus.

Continuer la lecture