…Pendant le siège de Paris en 1870, les habitants furent réduits à manger les animaux du zoo du Jardin des Plantes?

2 septembre 1870: la Prusse reçoit la capitulation de la France. En quelques semaines à peine, les troupes prussiennes s’emparent du nord de la France. Trois jours plus tard, le peuple et la Garde Nationale réclament la déchéance de Napoléon III, fait prisonnier, qui a manifestement un petit peu chié dans la défense du pays. L’impératrice Eugénie préfère opportunément prendre la fuite – et Jules Favre, vite suivi par les députés républicains, instaure un gouvernement de Défense nationale. Le général Jules Trochu, jusque là gouverneur de Paris, en prend la tête.

sedan

Enfin je sais pas pour vous mais moi toutes ces couleurs je trouve que ça rend cette reddition à Sedan ultra-festive. Détail – mais sans les cadavres devant ça fait vachement scène de fin de Cendrillon.

C’est bien mignon tout ça, mais les prussiens sont toujours aux portes de Paris – et ça, c’est pas cool. Pas le temps de s’installer pépère au pouvoir, les premières proclamations officielles sont consacrées à la défense nationale. Le plan est de résister jusqu’au bout, et cette défense va se faire par la voie du siège. Si la protection de la province est assurée depuis Tours, le plus gros de l’action se concentre sur Paris: dans un geste très symbolique, Trochu fait rentrer dans la capitale l’armée de 40 000 hommes sous la commande de Vinoy. Cela dit, même avec 40 000 hommes de plus, Paris est toujours mal barrée – la ville dispose au total de 220 000 hommes. Le 15 septembre, officiellement mandaté, Adolphe Tiers entreprend de parcourir les capitales européennes pour que les voisins envisagent de filer un coup de main – en vain. Parce que, mine de rien, les Allemands affichent au début du siège 150 000 hommes avec un avantage tactique et psychologique – et avec la libération des troupes occupées à d’autres sièges, le chiffre monte lentement jusqu’à 400 000. Autant dire que ça craint.

Continuer la lecture